Imprimer 


 Quatre Substituts-Commissaires du Gouvernement affectés au Parquet près le Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince ont été limogés par le Ministre de la Justice et de la sécurité Publique pour «  fautes administratives graves » dans le traitement du dossier Kaliko Beach  relatif au trafic de personnes et association de malfaiteurs, a-t-on appris de source proche du Ministère de la Justice.
Quatre Substituts ont été limogés et un autre a reçu une lettre de blâme dans le cadre de cette affaire qui avait défrayé la chronique en Haïti. Une correspondance a été adressée à chacun d’eux en termes de signification de cette décision approuvée par le Premier Ministre.
Il s’agit des Substituts-Commissaires Joseph Elysée JEAN-LOUIS, Kenzy JOSEPH, Berthold TOUSSAINT et Jean Abner EMILE. Pour sa part, le Magistrat Mirlande DUPICHE-PREVOST, Substitut en charge du dossier, a écopé d’une lettre de blâme pour son manque de leadership dans le traitement de ce dossier.
En effet, le 5 février dernier, lors d’une opération  réalisée à l’Hôtel Kaliko Beach, la Brigade de Protection des Mineurs (BPM) et d’autres unités spécialisées de la Police Nationale d’Haïti (PNH), avaient procédé au démantèlement d’un réseau de présumés trafiquants de mineurs et d’autres individus spécialisés dans la traite des personnes.
Au moment des faits, près d’une douzaine de personnes ont été appréhendées. Cependant, peu de temps après, la plupart d’entre elles avaient été élargies sous ordre du parquet de Port-au-Prince. Une situation dénoncée alors par de multiples voies de la Société civile organisée, dont le Comité National de la Lutte contre la Traite des Personnes (CNLTP).
Un dossier à suivre.